Faut-il gagner à l’Euromillions pour se loger à Namur ?

L’accès au logement ne s’améliore pas !

L’accès au logement ne s’améliore pas à Namur.

En 2016, la majorité a autorisé la création de 737 logements. 3 % seulement sont du logement public. Le tsunami de constructions privées se poursuit, avec essentiellement des immeubles de luxe.

Le prix d’un appartement deux chambres y dépasse en général les 300 000 euros. Y a-t-il une demande pour des logements de ce prix ? Ou une demande générale de logements corrects, avec des prix accessibles à chaque revenu ? Des ménages achètent dans la Basse-Sambre, car le coût est plus bas. Or la majorité dit vouloir attirer des familles à Namur. Lesquelles ? Les gagnantes de l’Euromillions ?

Le logement public, lui, ne suit pas. L’an passé, 22 logis ont été portés par les sociétés de logement social. 25 autres sont inclus dans des projets privés, et mis en location via l'Agence Immobilière Sociale. C’est beaucoup trop peu.

Le PTB réclame une autre politique : des logis pour tous les revenus, et un plan pour atteindre 30 % de logement public, comme aux Pays-Bas. Le pouvoir communal dit faire ce qu'il peut, mais « manquer de moyens. » Ce n’était apparemment pas une priorité pour le bourgmestre cdH Maxime Prévot quand il était ministre, préférant solliciter ses relais à la Région pour s’offrir une tortue dorée…

Prêt à remplir cette enquête?