Comment le Capitalisme détruit la planète

Pour limiter le réchauffement planétaire à 1,5 ºC, il faudrait modifier rapidement, radicalement et de manière inédite tous les aspects de la société, a déclaré le Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat (GIEC) dans le cadre de sa dernière évaluation du 8 octobre.

Mais face à ces déclarations du GIEC, qu’en est-t-il de la situation en Belgique ?

Ici, les chiffres de l’agence wallonne de l’air et du climat (AWAC) sont assez révélateurs.

En effet, loin de diminuer, nos émissions de gaz à effet de serre ont augmenté depuis 2014.

Comment se fait-il que face à des rapports du GIEC de plus en plus alarmants, des mesures importantes ne soient pas prises pour inverser la tendance ?

Si on se penche sur le document "En vue de 100% d’énergie renouvelable en Belgique d’ici 2050" de la FEB (Fédération des entreprises belges), voici ce que nous pouvons lire : "Toute politique énergétique devrait se concentrer sur la sécurité d'approvisionnement et la compétitivité de nos entreprises, tout en respectant l’environnement." Une position qui est celle du MR, très à l'écoute du syndicat patronal, mais aussi, et plus étonnamment, celle d'Écolo, qui avait invité la FEB pour la rédaction de son programme.

Le fait que les plus grandes entreprises de Belgique plaident avant tout pour le maintien du cadre économique qui les alimente n’est pas surprenant.

Une autre réaction nous vient du Professeur Oosterlyck de la KUL qui nous dit sans sourciller : "400 milliards (investissement total pour 100% d’énergie renouvelable d’ici 2050), c’est trop cher, notre économie ne peut cracher cela. L’arrêt du réchauffement climatique ne vaut pas cela."

Aux vues du blocage par les tenants du système économique actuel des solutions durables qui existent pourtant déjà, le marxisme n’a-t-il pas un rôle à jouer ?

Il y a plus deux siècles de cela, avant tout rapport du GIEC et lorsque le réchauffement climatique n’était même pas encore théorisé, ce sont des personnes comme Marx et Engels qui ont exprimé :

"Si nous nous comportons comme des colonisateurs, la nature se vengera." F.Engels.

"Il est de la responsabilité de la génération actuelle de préserver la terre pour les générations futures, en bonus pater familias." K.Marx.

Dès lors, une grille d'analyse marxiste de la société ne nous permettrait-elle pas d’apporter des éléments de réponse que le capitalisme seul ne saura jamais nous donner ?

Avec nos deux intervenants, David Pestieau et Jean-Christophe Defraigne, nous tenterons de répondre à cette question.

Infos pratiques :

La conférence aura lieu le 4 décembre 2018, au Montesquieu 4. Nous vous y accueillerons dès 18h30, avant le début de la conférence à 19h.

Nos 2 intervenants seront David Pestieau (Vice-Président du PTB et responsable du service d’étude) et Jean-Christophe Defraigne ( Professeur d'économie à l’UCLouvain). Après les interventions de nos invités sur les questions des médiateurs, nous donnerons le micro aux gens de la salle qui souhaitent poser des questions aux intervenants.

L'entrée est à prix libre. Un bar sera à votre disposition.

QUAND
4 décembre 2018 à 19h00 - 22h00
Auditoire Montesquieu, LLN

Serez-vous présent.e ?

Quand vous envoyez ce formulaire, vous êtes d'accord que le PTB garde vos données afin de vous tenir au courant des positions et des activités du PTB selon vos centres d'intérêts. Vous avez le droit de les réclamer et de les faire modifier ou effacer, par mail ou par courrier postal à ptb@ptb.be ou PTB, Boulevard M. Lemonnier 171, 1000 Bruxelles. Vous pouvez porter plainte à la Commission vie privée si vous estimez que nous traitons vos données de façon incorrecte. En savoir plus sur la politique de confidentialité du PTB : www.ptb.be/politique-confidentialité.

Soyez le premier à commenter

SVP vérifiez votre boîte email afin d'utiliser le lien pour activer votre compte.

Prêt.e pour la grande vague du changement social ?