Programme provincial Namur - 2018

Une province éthique et démocratique

Le PTB veut des intercommunales publiques citoyennes 3.0 transparentes et démocratiques. Des entreprises de citoyens pour les citoyens, soumises à un contrôle démocratique direct, avec des conseils d’administration élus, des représentants des associations d’utilisateurs, des représentants syndicaux et de la société civile, et des citoyens directement élus.

Si l’institution provinciale a été salie par des pratiques scandaleuses à Publifin, le PTB entend en faire un niveau de pouvoir exemplaire en termes d’éthique et de transparence, notamment en fondant un bureau indépendant chargé de contrôler la bonne gestion des deniers publics de la province, de lutter contre la corruption et d’empêcher tout conflit d’intérêts. Nous appliquerons également la transparence totale des mandats publics et privés comme du patrimoine de tous les élus et nous refuserons les cumuls financiers auxquels s’adonnent nombre de mandataires provinciaux.

A l’heure où plusieurs formations politiques avancent de manière plus ou moins cachée leur volonté de supprimer l'institution provinciale, le PTB entend continuer à défendre ce niveau de pouvoir intermédiaire, ses 1250 agents et près de 700 enseignants, ainsi que les services publics qu’ils rendent à la population. Nous nous opposons au détricotage que le gouvernement régional MR-cdH organise avec la réduction du Fonds des Provinces et la réforme des contrats APE qui menacent directement l’emploi de centaines d’agents provinciaux. La réponse au dégoût compréhensible des citoyen.ne.s n’est pas moins de Province, mais une Province plus démocratique, participative et proche de celles et ceux qu’elle est censée servir.

Nous voulons une Province proche de ses citoyens et qui investit dans les 38 communes de la province, de la plus grande à la plus petite. Nous regrettons la construction d'une prestigieuse Maison de la Culture à Namur, qui engloutit des budgets qui pourraient servir pour construire des centres culturels plus modestes ailleurs. Nous refusons le projet mégalomane de la Maison Administrative Provinciale à Salzinnes, qui coûtera au moins 30 millions d'euros et présente de nombreux désavantages, tant pour les riverains que pour les agents provinciaux.

Le PTB souhaite que les structures supracommunales soient ouvertes à des délégations des conseils communaux et provinciaux. Mais surtout que les débats qui y sont organisés soient rendus publics avant toute délibération et que les grands plans de développement provincial soient soumis à une consultation citoyenne. Pour nous, il est inconcevable qu’un schéma de développement territorial ou une nouvelle maison administrative provinciale soient conçus sans l’implication des habitants qui vivent et se déplacent sur ces territoires.

Un enseignement provincial égalitaire et source d’émancipation

Après l’éthique et la démocratie, la deuxième priorité du PTB aux élections provinciales est l’enseignement. Pouvoir organisateur de six écoles secondaires, nous souhaitons que l’enseignement provincial qualifiant redevienne un choix positif et non une filière de relégation. Pour un enseignement plus égalitaire, nous souhaitons des classes plus petites et une gratuité effective de l’enseignement obligatoire. Contrairement à ce qui est préconisé par le Pacte de (non) Excellence, nous souhaitons renforcer la formation générale dans l’enseignement qualifiant. En effet, l’ampleur des savoirs nécessaires à une citoyenneté critique — histoire, économie, sciences, technologies, arts, expression, langues… — interdit de limiter leur transmission au seul tronc commun. Outiller les élèves du qualifiant pour comprendre le monde, découvrir les clés de leur épanouissement social, affectif et professionnel et construire une vie meilleure, est pour nous un enjeu démocratique essentiel. L’introduction de la CPU – Certification par Unités – est à rejeter. Outre le peu de considération qu’elle donne à la formation générale, cette certification répond surtout à la flexibilité du marché du travail exigée par le monde patronal et ses flexijobs. Alors que 8,8 % des élèves du qualifiant sortent sans diplôme, cette CPU organise elle-même la perte de valeur du diplôme et de tous les avantages salariaux et sociaux y associés, en autorisant une qualification incomplète de quelques unités seulement. Cela prépare aussi toute une population d’élèves à la recherche d’une certification complète dans le privé. Le PTB tient à un enseignement public de qualité qui valorise autant les savoirs théoriques que les savoir-faire pratiques et qui couronnent les cursus par un diplôme qui a une valeur professionnelle et sociale.

Enfin, si des efforts ont été consentis pour construire ou rénover les bâtiments scolaires, le défi reste encore immense d’avoir un bâti digne du 21e siècle qui répondent aux besoins des enseignants et des élèves en termes d’isolation énergétique, de matériel scolaire technologique et de transition numérique. La revalorisation des filières qualifiantes restera un vœu pieux si l’on ne consent pas à un véritable plan de rénovation global et pluriannuel de l’ensemble des bâtiments scolaires. 

Une province d’emplois et de services publics forts, une province en transition écologique

Près de 2000 agents provinciaux, dont 700 enseignants, délivrent aujourd’hui des services publics indispensables pour satisfaire aux besoins économiques, sociaux, environnementaux et démocratiques de nos citoyens. Ce pôle d’emplois doit être renforcé avec un personnel formé et nommé. Alors que le taux de chômage en Province de Namur stagne autour des 12,5 % et que celui des jeunes de 15-24 ans atteignait les 31 % encore en 2016, nous souhaitons que la Province initie des expériences pilotes de réduction collective du temps de travail sans perte de salaire en concertation avec les organisations syndicales. La semaine de 30h a été mise en application à Göteborg en Suède avec succès. Des expériences démarrent également dans certains services à Charleroi ou à Bruxelles. La Province de Namur doit donner l’exemple et prendre ce chemin social du partage du travail. Pourquoi des travailleurs plus âgés continueraient à se rendre malades au travail alors que des jeunes sont malades de ne pas travailler ?

La Province est un gisement d’emplois publics qu’il s’agit de renforcer. A travers ses participations dans plusieurs intercommunales – que le PTB souhaite publiques et citoyennes – la Province peut prendre la responsabilité de la création d’emplois nouveaux. Nous pensons en particulier au défi énergétique auquel est confronté la Province de Namur et l’obligation de prendre en main la sortie du nucléaire et la transition vers une production pérenne et suffisante d’énergies renouvelables. La Province doit organiser la transition des villes de la Province vers des villes zéro carbone. Cela passe notamment par la fondation d’une société coopérative de production d’énergie à l’échelle provinciale et qui investirait dans le photovoltaïque, l’éolien, les réseaux de chaleur, la production et le stockage d’hydrogène.

Une province de culture populaire et accessible

La Province de Namur est riche d’un patrimoine, d’une diversité et d’un tissu associatif culturels irremplaçables. Le secteur culturel pâtit du sous-financement chronique de la Fédération Wallonie-Bruxelles malgré les promesses de la majorité PS-cdH. Les pouvoirs locaux, la Province en particulier, continuent de cofinancer les centres culturels mais cela reste insuffisant. La chasse aux subsides est usante et le manque de financement structurel exacerbe la concurrence entre les opérateurs de petite comme de grande taille.

L’instrumentalisation politique de certaines structures augmentent les frustrations chez nombre d’artistes et de créateurs exclus de l’accès à l’enveloppe budgétaire consacrée à la Culture. Outre une augmentation de cette enveloppe, le PTB plaide pour une gestion plus participative et transparente de l'Administration de la Culture en impliquant notamment les artistes et les créateurs dans l’élaboration des plans et des budgets.
La culture n’est pas un marché. Et pour le PTB, il s’agit de trouver un équilibre sain entre, d’une part, l’événementiel et, d’autre part, une offre culturelle à la portée de tous les habitants de la province. Pour augmenter l’accessibilité de l’offre culturelle en Province de Namur, le PTB propose de généraliser la gratuité des musées des Arts anciens et Félicien Rops. Si Londres peut le faire, pourquoi pas Namur ?

Le modèle muséal est en mutation. Tout en préservant leur vocation scientifique, les musées se transforment en lieu de savoir, de patrimoine, de culture mais aussi d’interactions, de convivialité et d’expériences nouvelles, numériques notamment. Pour le PTB, cette transformation doit être un tremplin pour une plus grande accessibilité et une fréquentation plus élevée. Nous pensons que la Province doit soutenir plus activement les CPAS dans les communes et l’association « Article 27 » pour offrir des entrées à tarif réduit aux expositions comme à d’autres activités culturelles et artistiques.

Pour secouer la Province, votez PTB

Le PTB a déposé des listes complètes dans les 6 districts provinciaux avec 37 candidats décidés à secouer la Province. Nous voulons nous battre pour une province sans profiteurs, une province démocratique avec des institutions transparentes et participatives. Nous voulons une province avec des services publics renforcés et un enseignement de qualité accessible à tous. Nous défendons une province en transition écologique avec la fondation d’une société coopérative citoyenne et publique de production d’énergie renouvelable.

Nous défendons une province de culture progressiste, populaire et accessible avec notamment des musées gratuits. Nous refusons les politiques d’austérité suivies par les partis traditionnels et défendons une province sociale qui prend soin des jeunes comme des aînés.

Tout cela, nous l’obtiendrons avec vous. Mais pas de promesses en l’air, nous devrons lutter ensemble pour obtenir ces droits. Cela se passera dans le conseil mais aussi dans la rue. Vous aussi, vous voulez les secouer pour une province plus démocratique, sociale et écologique ? Aidez-nous à envoyer des élus du PTB au conseil provincial. Chaque voix comptera. Nous comptons sur la vôtre.

Robin Bruyère
Tête de liste PTB dans le district de Namur

Thierry Warmoes
Président provincial PTB Namur-Luxembourg

Le programme complet au format PDF est ici


Soyez le premier à commenter

SVP vérifiez votre boîte email afin d'utiliser le lien pour activer votre compte.

Prêt.e pour la grande vague du changement social ?