Violences sexistes : comment lutter contre la domination ?

nous.jpg

1ère journée des Etats généraux féministes 2018-2019 du CEPAG et de la FGTB wallonne.

Ces derniers mois, partout dans le monde, des femmes, victimes de violences sexistes et machistes, se sont exprimées et ont dénoncé ce qu’elles subissent ou ont subi. Le mouvement #Metoo est le plus emblématique de cette vague de contestation.


Face à cette forme de libération de la parole, les autorités ont déclaré vouloir lutter activement contre les violences faites aux femmes. Mais qu’en est-il réellement sur le terrain ? Au-delà de campagnes de sensibilisation, quels outils ont été mis en place pour lutter contre ces violences ? Qu’en est-il de la lutte contre le sexisme et la discrimination liée au genre sur le lieu de travail ?


Que ce soient les violences entre partenaires, le harcèlement de rue, les comportements ouvertement sexistes mais aussi les violences économiques ou administratives… Force est de constater que les rapports de domination des hommes sur les femmes sont en cause.


On en parlera avec Selena Carbonero, Dalila Larabi (FGTB), Fanny Colard (FPS - Femmes Prévoyantes Socialistes), Natalia Hirtz (Gresea) et Béatrice Bashizi-Mulengezi (Caravane Pour la Paix et la Solidarité asbl).

QUAND
23 novembre 2018 à 9h30 - 12h30
Espace Solidarité, Beez

Serez-vous présent.e ?

Quand vous envoyez ce formulaire, vous êtes d'accord que le PTB garde vos données afin de vous tenir au courant des positions et des activités du PTB selon vos centres d'intérêts. Vous avez le droit de les réclamer et de les faire modifier ou effacer, par mail ou par courrier postal à ptb@ptb.be ou PTB, Boulevard M. Lemonnier 171, 1000 Bruxelles. Vous pouvez porter plainte à la Commission vie privée si vous estimez que nous traitons vos données de façon incorrecte. En savoir plus sur la politique de confidentialité du PTB : www.ptb.be/politique-confidentialité.

Soyez le premier à commenter

SVP vérifiez votre boîte email afin d'utiliser le lien pour activer votre compte.

Prêt.e pour la grande vague du changement social ?