De l'hypocrisie, la gauche en a bouffé pendant 30 ans.

L'air de la capitale wallonne convient bien à Raoul Hedebouw.
Lors du meeting électoral du PTB Namur, le porte-parole national et député fédéral du parti de gauche a boosté le moral des très nombreuses personnes présentes.

Extraits.

" Namur est importante pour le PTB. Notre objectif pour 2018 est de faire sortir le PTB des villes industrielles où nous sommes bien implantés et de toucher de nouveaux lieux. C'est important car la classe ouvrière s'est beaucoup diversifiée ces dernières années.
Dans 10 jours, nous allons assister à l'entrée du PTB dans beaucoup de nouvelles villes. "

" Le PTB grandit et là haut, ils ont les chocottes. Au Parlement, ils ne rigolent pas. Au gouvernement non plus. Le ministre des Pensions, Bacquelaine, il sait que ses réformes sont dégoûtantes et que la population ne les accepte pas. "

" Le gouvernement s'attaque aux malades. Sous le capitalisme, quand on est malade, on souffre physiquement évidemment, mais on souffre aussi quand il faut payer pour les soins. Et en plus, on souffre car on nous retire une partie de notre salaire. Et les députés et les ministres de droite qui décident de ça, eux ils peuvent être malades tant qu'ils veulent, ils ne perdent rien !C'est leur logique : appliquer aux travailleurs ce qu'ils ne s'appliquent pas eux-mêmes. "

" En Belgique, en 2018, on risque un black-out. Ca fait 120 ans qu'on a inventé l'électricité. Donc, la technique, on est censé l'avoir... Mais Electrabel vient nous dire que 6 centrales sur 7 sont fermées car ils n'avaient pas pensé à l'entretien... 30 ans qu'il y a des fissures... Et ce black-out et cette hausse des prix qui s'annoncent sont les résultats de la privatisation. Les 4 partis traditionnels ont voté cette privatisation. Ils se sont bien plantés ! C'est pourquoi il est temps pour la socialisation des moyens de production énergétique. C'est le système qu'il faut changer, pas les détails ! "

" On dit que le PTB ne veut pas participer au pouvoir. On n'a jamais dit ça. On veut participer au pouvoir, mais pour appliquer des politiques de gauche. Des compromis oui, des compromissions non. Mais pour aller au pouvoir, nous avons quelques principes. Pas d'austérité. Investir dans du logement public. Appliquer une vraie éthique en politique. Vous savez que tous les architectes de l'affaire Publifin sont toujours là ? Elle est où l'éthique là ? "

" De l'hypocrisie, la gauche en a bouffé pendant 30 ans. C'est fini, marre ! "

" On a une promesse : mobiliser le peuple. Ce n'est qu'en s'organisant et en se mobilisant que le peuple a arraché la journée des 8h, la Sécu, etc. Dans cette société qui ressemble au jeu télévisé « Le maillon faible », on veut rassembler et pas diviser. On a besoin de se voir. D'échanger. Et venez le faire dans les groupes de base du PTB. Ce n'est qu'en étant organisés qu'on arrivera à gagner ! "

" Et, alors qu'il reste quelques jours de campagne, notre message est : il faudra arracher chaque voix, une par une, partout. Comme cela, le 14 octobre au soir, le monde du travail aura la fierté de voir ses représentants entrer dans les conseils communaux à Namur, à Bruxelles, à Gand, à Visé... Partout ! "

#ReconquérirLaVille


Soyez le premier à commenter

SVP vérifiez votre boîte email afin d'utiliser le lien pour activer votre compte.

Prêt.e pour la grande vague du changement social ?